Nous travaillons sur Québec Ouvert
Les données ouvertes, qu'est-ce que c'est?
Abonnez-vous au Google Groupe pour suivre les projets!

You are at the archive for the Données ouvertes category

¶ This category is pretty self-explanatory. It contains my poems. I don't claim to be a great poet but you don't need to be one to write a little of it. You may subscribe to the Poetry feed by clicking the the link you just passed.

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais Américain.

Voici les réponses complètes des candidats qui ont répondu au projet « Je vote pour la transparence », un tableau comparatif est disponible sur le site JVT2013.com et dans le Google Doc ici.

Dans le cadre du projet Je vote pour la transparence, nous publions les réponses de chaque répondant au questionnaire.

Voici les réponses de Mme Mélanie Joly, candidate de la formation Le Vrai Changement pour Montréal – Groupe Mélanie Joly pour la Mairie de la Ville de Montréal

1. Dans le cadre de vos précédentes fonctions (en politique ou dans toute autre organisation), quelles actions avez-vous mis en oeuvre pour améliorer la transparence et l’imputabilité ?

Alors que j’étais associée-directrice chez Cohn & Wolfe, une boîte de relations publiques, j’ai instauré la transparence complète au sein de l’organisation. Ainsi, je communiquais à l’ensemble des employés, sur une base mensuelle, nos revenus et dépenses, nos objectifs à atteindre et l’état d’avancement de note plan d’affaires. C’est qui a permis de transformer et relancer l’entreprise.

2. La Ville de Montréal a adopté une politique sur les données ouvertes. Cette politique encadre  l’obligation de rendre accessibles les données publiques non-nominatives de la Ville en format ouvert. Cependant, l’engagement du leadership politique est essentiel pour que le processus d’ouverture se réalise. Qu’allez-vous faire pour nous assurer que cette politique soit mise en oeuvre ?

L’une des 10 actions de notre programme vise justement à rendre publiques et accessibles l’ensemble des données de la Ville et de ses arrondissements, en accélérant la mise en oeuvre de la politique officielle sur les données ouvertes adoptée en 2012

(http://vraichangementmtl.org/actions/donnees-ouvertes-transparence-ladministration/). En plus de l’appui inconditionnel de la mairie, ce projet bénéficiera de la nomination d’un “Directeur du numérique”, responsable de mettre en œuvre la politique de données ouvertes dans tous les secteurs de l’administration municipale. Ce directeur sera par ailleurs à la tête d’une équipe de jeunes talents en technologies de l’information (un “geek squad”), qui verra à assister les différents services de l’administration dans leurs démarches d’ouverture et à assurer l’optimisation de l’utilisation des données de la Ville pour rendre sa gestion plus efficace et performante. Un budget additionnel de 2,5M$ par année sera alloué à la mise en oeuvre de la politique des données ouvertes, afin que Montréal soit une ville complètement ouverte d’ici la fin de notre premier mandat en 2017.

3. Si vous êtes élu(e), ferez-vous la démonstration d’un haut niveau de transparence concernant  l’attribution des contrats municipaux en publiant, sans délai, les informations suivantes :  

Mme Joly a dit oui pour la publication des ensemble suivants.

Liste des appels d’offres;

Liste des soumissionnaires ayant répondu

Le montant de l’offre;

Les détails pertinents de l’offre.

Toutes les modifications au contrat ainsi que les dépenses supplémentaires;

Liste des sous-contractants participant aux projets approuvés.

4. Si vous êtes élu(e), vous engagez-vous à publier tous les changements de zonage et propositions de changement de zonage en format ouvert ?

Oui.

5. Plusieurs villes, dans le monde, publient en ligne les données brutes qui sont utilisées pour l’élaboration de politiques et de prestations de services. Si vous êtes élu(e), lesquels des ensembles de données suivants pourriez-vous possiblement libérer?

Mme Joly a dit oui pour la publication des ensemble suivants.

La progression des travaux de déneigement en temps-réel (tel que publiée par la ville de Chicago);,

Les réglements de la Ville dans un format électronique ouvert;,

Le suivi de l’inspection des établissements alimentaires avec la liste des établissements, les dates, les avertissements, ainsi que l’état de conformité ou d’infraction. Le tout dans un format standard tel que le format Yelp open data standard (tel que publié par la ville de New York);,

Publication des données concernant les travaux et évènements routiers de la Ville en adoptant le standard de données ouvertes Open511 (tel que réalisé par la ville de Vancouver);,

Traitement de tous les contenus relatifs au service 311 actuel en formalisant l’utilisation du standard ouvert Open 311 (tel que réalisé par la ville de Boston);,

Publication actualisée des données environnementales de la Ville, telles que le résultat des analyses d’eaux usées, de l’air et des sols contaminés;,

Liste de tous les ensembles de données détenus par les différents services de la Ville.

6. Si vous êtes élu(e), lesquels des documents de la liste ci-dessous seriez-vous prêt(e) à publier en format ouvert avant la séance mensuelle du Conseil de ville ?

Mme Joly a dit oui pour la publication des ensemble suivants.

État des résultats: données mensuelles et cumulatives, pour les résultats consolidés et sectoriels, avec comparaison des montants budgétés;

État des résultats par projet avec le devis initial, le pourcentage d’avancement des travaux, le montant engagé jusqu’à présent et une projection du coût final du projet;, État de la situation financière (bilan);

Ensemble des déboursés du mois avec nom du fournisseur, adresse, montant versé et poste budgétaire affecté;

Ensemble des engagements du mois (commandes d’achat émises durant le mois) avec nom du fournisseur, adresse, montant engagé, poste budgétaire affecté et solde du budget de ce poste budgétaire;

Ensemble de la correspondance de la Ville avec le MAMROT, relativement aux résolutions portées à l’ordre du jour;

De façon générale, tous les documents à l’appui des résolutions portées à l’ordre du jour.

7. Des rapports décrivant l’état d’avancement des projets en cours sont produits par les fonctionnaires à la demande des gestionnaires de projets. Si vous êtes élu(e), travaillerez-vous de concert avec les fonctionnaires afin de publier ces rapports en ligne et à encourager la production de tels rapports de façon plus fréquente ?    

Oui.

8. Si vous êtes élu(e), seriez-vous prêt(e) à rendre obligatoire par réglement:  

La webdiffusion de toutes les séances du conseil de ville et des arrondissements;

La webdiffusion des séances du comité exécutif;

La webdiffusion des séances de travail de tous les comités et sous-comités.

9. Si vous êtes élu(e), seriez-vous favorable à ce que l’ordre du jour des conseils de ville et d’arrondissement, ainsi que des rencontres du comité exécutif soient rendus publics au moins 48 heures à l’avance ?

Complètement en accord;

10. Êtes-vous. Si vous êtes élu(e), seriez-vous favorable à une proposition voulant que les élus doivent déclarer publiquement la liste des rencontres tenues dans l’exercice de leur fonction ?

Complètement en accord;

11. Si vous êtes élu(e), quelles mesures parmi les suivantes seriez-vous prêt(e) à prendre rapidement ?

Tenir un relevé de scrutin pour tous les votes qui ont lieu au Conseil de ville et d’arrondissements;

Publier les votes;

Publier les présences des élus aux conseils de ville et d’arrondissements.

12. Si vous êtes élu(e), allez-vous publier une liste de toutes les dépenses du bureau du Maire ?    

Oui.

13. Aucune ville au Québec ne dispose présentement d’un budget pour soutenir les initiatives de publication de  données ouvertes. Pensez-vous que la Ville de Montréal devrait soutenir financièrement des initiatives de ce genre ?    

Tel que le prévoit notre action sur les données ouvertes, nous entendons, une fois élus, développer et mettre en ligne des plateformes technologiques conviviales et faciles d’utilisation, pour le web et les téléphones intelligents, par le biais desquelles les Montréalais pourront communiquer avec leur administration municipale et accéder sans frais en tout temps et en tout lieu aux données et informations de la Ville et de ses arrondissements.

Nous entendons de plus soutenir les individus, groupes et entreprises qui voudront créer des applications qui utiliseront les données ouvertes. Ce soutien pourrait passer par un programme de subvention à l’initiative citoyenne.

Enfin, nous mettrons en ligne WikiMontréal, un site dédié au partage des initiatives citoyennes à travers la ville, afin de favoriser les interactions entre groupes de Montréalais travaillant à l’amélioration de la qualité de vie de leurs concitoyens, incluant dans le domaine des TI et du numérique.

14. Y aurait-il d’autres éléments ou initiatives que vous ou votre parti politique comptez mettre en place pour améliorer la transparence gouvernementale et réduire le risque de corruption ?

À titre de maire de Montréal, Mélanie Joly s’engage à publier un bilan mensuel de la mise en œuvre des mesures prévues à notre  plan d’action afin que les Montréalais puissent suivre en temps réel l’évolution de leur ville et participer au changement proposé.

Par ailleurs, notre plateforme prévoit plusieurs autres actions concrètes en faveur de la transparence et de l’imputabilité:

– Nous voulons rendre compréhensibles et lisibles pour les citoyens les avis publics relatifs aux changements de zonage et aux modifications du plan d’urbanisme.

– Nous allons changer les processus d’obtention de permis et autorisations, de sorte qu’ils soient tous sujets à des critères objectifs, des délais définis et courts (qui se comptent en semaines plutôt qu’en mois), et des décisions écrites, motivées et publiques, qu’elles soient favorables ou défavorables.

– Nous entendons harmoniser et standardiser la manière dont l’information est colligée par les divers secteurs de la Ville et de ses arrondissements afin qu’elle soit plus facilement accessible et publiable.

– Nous voulons sortir le “politique” de l’attribution et la gestion des contrats, en la confiant à une agence indépendante, imputable et transparente, InfraMontréal, et en remplaçant la règle du plus bas soumissionnaire par un système qui mette l’accent sur la qualité et la durabilité des ouvrages, et non seulement les prix, et en exigeant des garanties de qualité de la part des entrepreneurs, avec suivi à l’avenant.

– Nous souhaitons réhabiliter nos firmes de génie et de construction en leur imposant le respect de règles d’éthique contraignantes et, dans le cas de celles qui ont participé à la collusion et la corruption, en exigeant une compensation financière pour les pertes subies, comme conditions pour l’obtention de contrats de la Ville et des arrondissements.

Dans le cadre du projet Je vote pour la transparence, nous publions les réponses de chaque répondant au questionnaire.

Voici les réponses de M. Bergeron, candidat de Projet Montréal; pour la mairie de la Ville de Montréal

1. Dans le cadre de vos précédentes fonctions (en politique ou dans toute autre organisation), quelles actions avez-vous mis en oeuvre pour améliorer la transparence et l’imputabilité ?

Dès sa fondation, Projet Montréal s’est doté de règles strictes en matière de financement. Voici les règles en vigueur pour 2013 :

– Dès le déclenchement de l’élection, une liste de nos donateurs de plus de 100$ sera rendue publique et nous publierons les noms des nouveaux donateurs dans les 48 heures suivant la réception du don;

– Pour tout don de plus de 250 $, l’agent officiel de Projet Montréal effectuera un suivi auprès du donateur pour s’assurer qu’il s’agit d’un don totalement désintéressé. En cas de doute, le chèque ne sera pas encaissé et sera retourné au donateur;

– Projet Montréal ne tiendra aucune activité de financement dont le coût de participation serait fixé à plus de 200 $;

– Bien que la loi autorise chaque parti à faire des dépenses électorales totalisant plus de 1,5 million $, Projet Montréal plafonnera volontairement ses revenus et dépenses de campagne électorale 2013 à 750 000 $.

En matière de transparence administrative, les administrations de Projet Montréal dans Rosemont–La Petite-Patrie et le Plateau-Mont-Royal ont donné l’exemple depuis quatre ans.

Peu après son élection sur le Plateau-Mont-Royal en 2009, l’équipe d’élus de Projet Montréal a initié la webdiffusion de ses séances du conseil d’arrondissement. Peu après, l’administration du maire de l’arrondissement, Luc Ferrandez, a été la première à Montréal à publier systématiquement en ligne, avant chaque séance du conseil d’arrondissement, les sommaires décisionnels préparés par les fonctionnaires sur chaque point à être adopté au conseil.

L’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, géré par une administration Projet Montréal majoritaire, a également instauré la webdiffusion des séances du conseil et a été le premier arrondissement à instaurer une période de questions en ligne lors des séances du conseil. De plus, l’arrondissement diffuse les sommaires décisionnels trois jours avant la séance mensuelle.”

2. La Ville de Montréal a adopté une politique sur les données ouvertes. Cette politique encadre l’obligation de rendre accessibles les données publiques non-nominatives de la Ville en format ouvert. Cependant, l’engagement du leadership politique est essentiel pour que le processus d’ouverture se réalise. Qu’allez-vous faire pour nous assurer que cette politique soit mise en oeuvre ?

Nous avons mis en oeuvre cette politique pour les sommaires décisionnels dans les deux arrondissements gérés par une administration Projet Montréal, Rosemont – La Petite-Patrie et Plateau-Mont-Royal. Lorsque nous deviendrons l’administration de la Ville de Montréal, nous le ferons pour toute la Ville

3. Si vous êtes élu(e), ferez-vous la démonstration d’un haut niveau de transparence concernant l’attribution des contrats municipaux en publiant, sans délai, les informations suivantes :

Oui aux six demandes.

Liste des appels d’offres;
Liste des soumissionnaires ayant répondu, incluant:
Le montant de l’offre;
Les détails pertinents de l’offre.
Toutes les modifications au contrat ainsi que les dépenses supplémentaires;
Liste des sous-contractants participant aux projets approuvés.

4. Si vous êtes élu(e), vous engagez-vous à publier tous les changements de zonage et propositions de changement de zonage en format ouvert ?

Oui.

5. Plusieurs villes, dans le monde, publient en ligne les données brutes qui sont utilisées pour l’élaboration de politiques et de prestations de services. Si vous êtes élu(e), lesquels des ensembles de données suivants pourriez-vous possiblement libérer?

M. Bergeron a dit oui pour la publication des ensemble suivants.

La progression des travaux de déneigement en temps-réel (tel que publiée par la ville de Chicago);
Les réglements de la Ville dans un format électronique ouvert;
Le suivi de l’inspection des établissements alimentaires avec la liste des établissements, les dates, les avertissements, ainsi que l’état de conformité ou d’infraction. Le tout dans un format standard tel que le format Yelp open data standard (tel que publié par la ville de New York);
Publication des données concernant les travaux et évènements routiers de la Ville en adoptant le standard de données ouvertes Open511 (tel que réalisé par la ville de Vancouver);
Traitement de tous les contenus relatifs au service 311 actuel en formalisant l’utilisation du standard ouvert Open 311 (tel que réalisé par la ville de Boston);
Publication actualisée des données environnementales de la Ville, telles que le résultat des analyses d’eaux usées, de l’air et des sols contaminés;
Liste de tous les ensembles de données détenus par les différents services de la Ville.

6. Si vous êtes élu(e), lesquels des documents de la liste ci-dessous seriez-vous prêt(e) à publier en format ouvert avant la séance mensuelle du Conseil de ville ?

M. Bergeron a dit oui pour la publication de :

Ensemble des déboursés du mois avec nom du fournisseur, adresse, montant versé et poste budgétaire affecté;
Ensemble des engagements du mois (commandes d’achat émises durant le mois) avec nom du fournisseur, adresse, montant engagé, poste budgétaire affecté et solde du budget de ce poste budgétaire;
De façon générale, tous les documents à l’appui des résolutions portées à l’ordre du jour.

7. Des rapports décrivant l’état d’avancement des projets en cours sont produits par les fonctionnaires à la demande des gestionnaires de projets. Si vous êtes élu(e), travaillerez-vous de concert avec les fonctionnaires afin de publier ces rapports en ligne et à encourager la production de tels rapports de façon plus fréquente ?

Oui.

8. Si vous êtes élu(e), seriez-vous prêt(e) à rendre obligatoire par réglement:

Oui pour les trois demandes, donc

La webdiffusion de toutes les séances du conseil de ville et des arrondissements;
La webdiffusion des séances du comité exécutif;
La webdiffusion des séances de travail de tous les comités et sous-comités.

9. Si vous êtes élu(e), seriez-vous favorable à ce que l’ordre du jour des conseils de ville et d’arrondissement, ainsi que des rencontres du comité exécutif soient rendus publics au moins 48 heures à l’avance ?

Complètement en accord;

10. Êtes-vous. Si vous êtes élu(e), seriez-vous favorable à une proposition voulant que les élus doivent déclarer publiquement la liste des rencontres tenues dans l’exercice de leur fonction ?

Plutot en désaccord.

11. Si vous êtes élu(e), quelles mesures parmi les suivantes seriez-vous prêt(e) à prendre rapidement ?

Tenir un relevé de scrutin pour tous les votes qui ont lieu au Conseil de ville et d’arrondissements;
Publier les votes;
Publier les présences des élus aux conseils de ville et d’arrondissements.

12. Si vous êtes élu(e), allez-vous publier une liste de toutes les dépenses du bureau du Maire ?

Oui.

13. Aucune ville au Québec ne dispose présentement d’un budget pour soutenir les initiatives de publication de données ouvertes. Pensez-vous que la Ville de Montréal devrait soutenir financièrement des initiatives de ce genre ?

Je l’ai fait personnellement jusqu’à aujourd’hui et, si je deviens maire de Montréal, je demanderai aux services administratifs d’améliorer l’accès aux données ouvertes.

14. Y aurait-il d’autres éléments ou initiatives que vous ou votre parti politique comptez mettre en place pour améliorer la transparence gouvernementale et réduire le risque de corruption ?

Nous souhaitons également ramener la ligne éthique sous la responsabilité du vérificateur de la Ville de Montréal.

Dans le cadre du projet Je vote pour la transparence, nous publions les réponses de chaque répondant au questionnaire.

Voici les réponses de M. Coderre, candidat de Équipe Denis Coderre pour Montréal pour la mairie de la Ville de Montréal.

1. Dans le cadre de vos précédentes fonctions (en politique ou dans toute autre organisation), quelles actions avez-vous mis en oeuvre pour améliorer la transparence et l’imputabilité ?

Pas de réponse.

2. La Ville de Montréal a adopté une politique sur les données ouvertes. Cette politique encadre  l’obligation de rendre accessibles les données publiques non-nominatives de la Ville en format ouvert. Cependant, l’engagement du leadership politique est essentiel pour que le processus d’ouverture se réalise. Qu’allez-vous faire pour nous assurer que cette politique soit mise en oeuvre ?

Dans le cadre de notre programme qui porte sur la «ville intelligente», nous avons spécifiquement prévu d’évaluer la qualité d’accès aux données ouvertes, d’accélérer le déploiement de celles-ci et de soutenir le développement des applications permettant d’en tirer profit. Ces actions seront sous la responsabilité d’un élu au comité exécutif, qui sera également chargé d’établir le plan d’action numérique de la ville.

3. Si vous êtes élu(e), ferez-vous la démonstration d’un haut niveau de transparence concernant  l’attribution des contrats municipaux en publiant, sans délai, les informations suivantes :

Oui à quatre des six demandes.

Liste des appels d’offres;

Liste des soumissionnaires ayant répondu, incluant:

Le montant de l’offre;

Toutes les modifications au contrat ainsi que les dépenses supplémentaires;.

4. Si vous êtes élu(e), vous engagez-vous à publier tous les changements de zonage et propositions de changement de zonage en format ouvert ?

Oui.

5. Plusieurs villes, dans le monde, publient en ligne les données brutes qui sont utilisées pour l’élaboration de politiques et de prestations de services. Si vous êtes élu(e), lesquels des ensembles de données suivants pourriez-vous possiblement libérer ?

M. Coderre a dit oui pour la publication de quatre des sept demandes, donc

La progression des travaux de déneigement en temps-réel (tel que publiée par la ville de Chicago);

Les réglements de la Ville dans un format électronique ouvert;

Publication des données concernant les travaux et évènements routiers de la Ville en adoptant le standard de données ouvertes Open511 (tel que réalisé par la ville de Vancouver);

Publication actualisée des données environnementales de la Ville, telles que le résultat des analyses d’eaux usées, de l’air et des sols contaminés;

6. Si vous êtes élu(e), lesquels des documents de la liste ci-dessous seriez-vous prêt(e) à publier en format ouvert avant la séance mensuelle du Conseil de ville ?

M. Coderre a dit oui pour la publication de quatre de nos sept demandes, donc

État des résultats: données mensuelles et cumulatives, pour les résultats consolidés et sectoriels, avec comparaison des montants budgétés;

État de la situation financière (bilan);

Ensemble des déboursés du mois avec nom du fournisseur, adresse, montant versé et poste budgétaire affecté;

De façon générale, tous les documents à l’appui des résolutions portées à l’ordre du jour.

7. Des rapports décrivant l’état d’avancement des projets en cours sont produits par les fonctionnaires à la demande des gestionnaires de projets. Si vous êtes élu(e), travaillerez-vous de concert avec les fonctionnaires afin de publier ces rapports en ligne et à encourager la production de tels rapports de façon plus fréquente ?

Oui.

8. Si vous êtes élu(e), seriez-vous prêt(e) à rendre obligatoire par réglement:

Oui pour une des trois demande, donc la webdiffusion des séances du comité exécutif;

9. Si vous êtes élu(e), seriez-vous favorable à ce que l’ordre du jour des conseils de ville et d’arrondissement, ainsi que des rencontres du comité exécutif soient rendus publics au moins 48 heures à l’avance ?

Complètement en accord;

10. Êtes-vous. Si vous êtes élu(e), seriez-vous favorable à une proposition voulant que les élus doivent déclarer publiquement la liste des rencontres tenues dans l’exercice de leur fonction ?

No pour, ni contre.

11. Si vous êtes élu(e), quelles mesures parmi les suivantes seriez-vous prêt(e) à prendre rapidement ?

Oui pour les trois demandes.

Tenir un relevé de scrutin pour tous les votes qui ont lieu au Conseil de ville et d’arrondissements;

Publier les votes;

Publier les présences des élus aux conseils de ville et d’arrondissements.

12. Si vous êtes élu(e), allez-vous publier une liste de toutes les dépenses du bureau du Maire ?

Oui.

13. Aucune ville au Québec ne dispose présentement d’un budget pour soutenir les initiatives de publication de  données ouvertes. Pensez-vous que la Ville de Montréal devrait soutenir financièrement des initiatives de ce genre ?

Pas de réponse.

14. Y aurait-il d’autres éléments ou initiatives que vous ou votre parti politique comptez mettre en place pour améliorer la transparence gouvernementale et réduire le risque de corruption ?

“Voici nos engagements pour améliorer la transparence et réduire le risque de corruption:

ENGAGEMENT Créer le poste d’inspecteur général, un officier indépendant relevant du conseil municipal et ayant un réel pouvoir de contrainte et d’enquête à la Ville:

  • L’inspecteur général aura l’autorité d’intervenir et d’arrêter les projets identifiés comme problématiques ou suspects;
  • La ligne éthique du service du contrôleur général sera transférée au service de l’inspecteur général afin de permettre à tout employé, fournisseur ou tierce partie de dénoncer de façon anonyme tout acte douteux.

ENGAGEMENT Instaurer une culture de transparence:

  • Incorporer les principes de données ouvertes pour la divulgation et le partage d’informations dans une ville «intelligente» à travers toutes les unités de services;
  • Développer un guichet unique, convivial, où les employés et les élus peuvent obtenir de l’information sur les contrats antérieurs de façon systématique incluant, entre autres, l’historique des soumissionnaires concernant leur quotient de rapport qualité-prix, leur niveau d’utilisation des contingences, les dépassements de coûts et leur historique de livraison de projets selon les échéanciers;
  • S’assurer que tout sommaire décisionnel indique si un membre d’un service a rencontré un lobbyiste;
  • Diffuser sur le web les séances des conseils d’arrondissements et rendre publiques les séances des comités consultatifs d’urbanisme (CCU) dans les arrondissements.

ENGAGEMENT Mettre en place les meilleures pratiques d’une saine gouvernance:

  • Éliminer le modèle de rémunération systématique des firmes de professionnels (architectes et génie-conseil) au pourcentage du montant des travaux et les payer à taux fixe (horaire ou forfaitaire) pour services rendus afin d’éviter les conflits d’intérêts;
  • Écarter la possibilité qu’une firme de professionnels (ou une firme affiliée) puisse être à la fois auteure des plans et devis, surveillante de chantier et approbatrice des contingences d’un projet sans contrepoids interne;
  • Uniformiser et baliser les usages de contingences dans les différents dossiers d’octrois de contrats.

ENGAGEMENT Ne plus être à la merci de la règle du plus bas soumissionnaire:

  • Exiger du gouvernement du Québec qu’il modifie la Loi des cités et villes afin que Montréal ne soit plus liée par la règle du plus bas soumissionnaire (tout comme le gouvernement du Québec).
  • Entretemps, utiliser tous les moyens juridiques disponibles pour obtenir le meilleur rapport qualité-prix, notamment:
  • o    en modifiant le processus d’appel d’offres afin de créer une qualification pour ensuite permettre un système de «vente aux enchères à la hollandaise» (enchères au plus bas prix) afin d’obtenir le meilleur prix;
  • o    en augmentant l’utilisation de système d’appel d’offres à deux enveloppes, en négociant un meilleur prix de façon systématique avec un seul soumissionnaire conforme et en évaluant la qualité des travaux des soumissionnaires pour toute soumission subséquente.

ENGAGEMENT Mettre en place un mécanisme de reddition de comptes:

  • Le processus de reddition de comptes, qui comporte trois étapes (description des buts poursuivis, analyse des résultats obtenus et évaluation de la qualité de la gestion), devra faire l’objet d’une règlementation précisant les étapes à suivre ainsi que des instructions pour la production de rapports. Un cadre administratif clair permettra aux fonctionnaires de savoir ce que l’on attend d’eux;
  • Obliger les services à rendre public un bilan annuel pour chaque contrat: niveau d’utilisation des contingences (les «extras»); dépassement de coûts et historique de livraison des projets selon les échéanciers;
  • Élargir le mandat de la Commission d’examen des contrats pour qu’elle puisse aussi revoir les contrats d’envergure des conseils d’arrondissements qui répondent aux critères d’évaluation actuels de la Commission.

ENGAGEMENT Redynamiser l’administration publique et implanter un système de rotation des fonctionnaires:

  • Augmenter les embauches dans la fonction publique afin d’augmenter l’expertise interne et contrer le recours systématique à la sous-traitance;
  • Fournir une formation particulière aux services pour qu’ils puissent détecter les systèmes de collusion;
  • Soumettre certains postes de la fonction publique à une rotation pour que ceux-ci ne demeurent pas plus de deux ans avec les mêmes responsabilités.”

Screen_Shot_2013_05_31_at_5.57.26_PM

Voici le message que nous avons fait parvenir à tous les candidats à la mairie de Montréal pour leur demander de participer à notre projet « Je vote pour la Transparence 2013». Nous les invitons à remplir notre questionnaire sur la transparence, les données ouvertes et la redevabilité des institutions publiques. Aidez-nous à encourager les candidats à la mairie à se prononcer en faisant la promotion de cette initiative dans vos réseaux!

Site Je vote pour la transparence

Questionnaire pour les candidats

***********

Cher candidat(e) à la mairie de Montréal,

La campagne municipale est officiellement amorcée à Montréal et les enjeux n’ont jamais semblé plus importants pour beaucoup de Montréalais et Montréalaises. Les élections sont une occasion cruciale de renouveler la confiance des citoyens envers leurs élus. Dans un contexte de scandales et de crises, une attention particulière sera apportée aux propositions visant à améliorer la transparence et la redevabilité des institutions publiques.

Montréal Ouvert demande donc à tous les partis politiques de se prononcer clairement de deux façons différentes sur les initiatives reliées à ces enjeux et, en particulier, sur l’ouverture des données publiques.

  1. Nous invitons toutes les formations à compléter un questionnaire ci-joint d’une douzaine de questions d’ici le 24 octobre. Vos réponses seront publiées sur notre blog et permettront de donner un aperçu des priorités de votre parti s’il gagne les élections. N’hésitez pas à faire référence à votre plate-forme électorale.

Les données ouvertes constituent un changement de fond dans notre société et, nous en sommes convaincus, permettent d’aboutir à une démocratie plus ouverte, transparente et participative, où les citoyens peuvent s’impliquer plus directement et aider à résoudre collaborativement des problèmes de société. Qu’il s’agisse des domaines du transport, de la santé, mais aussi du budget, des finances et de la lutte à la corruption, les données ouvertes ont un large potentiel d’application.

Depuis sa fondation en 2010, Montréal Ouvert appuie les décideurs et administrateurs publiques de la Ville à réaliser cette vision. Nos conférences, rencontres publiques et témoignages à des consultations ont établi notre présence médiatique. Nous avons organisé de multiples événements Hackatons et représentons activement l’expérience montréalaise à travers nos réseaux pancanadien et internationaux.

Certes, le dossier des données ouvertes a évolué considérablement depuis la fondation de Montréal Ouvert en 2010. Nous reconnaissons ces accomplissements. La Ville s’est dotée d’une politique pour l’ouverture des données publiques en 2012, et une Table de concertation sur les données ouvertes, à laquelle nous participons, a été mise en place pour collaborer efficacement avec le milieu. Les quatre projets retenus par la Table pour recevoir son soutien sont à la pointe de l’innovation dans le domaine des données ouvertes.

Néanmoins, Montréal pourrait en faire beaucoup plus et ne peut se permettre de faire marche arrière après ces élections. En effet, il existe encore beaucoup trop de silos informationnels qui nuisent à l’efficacité de l’administration de la Ville. Pour leur part, les élus pourraient bénéficier d’un débat moins partisan et plus objectif, basé sur des faits et des chiffres si davantage de données publiques étaient accessibles. Avec plus de données ouvertes, les citoyens s’en trouveraient mieux informés et plus à même de comprendre la complexité des défis à relever.

La Ville de Montréal pourra continuer de compter sur Montréal Ouvert pour mener de l’avant le processus d’ouverture des données publiques. Mais pouvons-nous comptez sur vous?

 

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

MERCREDI 2 OCTOBRE 2013

ÉLECTIONS MUNICIPALES : MONTRÉAL OUVERT APPELLE LES CANDIDATS À LA MARIE À S’ENGAGER POUR LA TRANSPARENCE

MONTRÉAL — L’initiative citoyenne Montréal Ouvert invite les candidats à la mairie à participer au projet Je vote pour la transparence à JVT2013.com en remplissant ce questionnaire.

Dans le cadre du projet Je vote pour la transparence, les candidats à la mairie de Montréal seront invités à remplir un questionnaire en ligne pour mesurer leur engagement envers la transparence. Le questionnaire touche les enjeux de transparence à l’Hôtel de Ville de Montréal et demande aux candidats de s’engager à publier les contrats octroyés par la Ville, les rencontres des élus avec les entrepreneurs et les changements de zonages. Ce virage vers la transparence permettra de lutter contre la corruption et de redonner confiance au Montréalais et Montréalaises en leur administration publique.

Sept jours avant les élections, les citoyens abonnés recevront par courriel les réponses des différents candidats à la mairie. Les résultats des questionnaires seront également publiés en ligne au jvt2013.com. Le jour de l’élection, les abonnés recevront également un rappel pour les encourager à se rendre aux urnes.

« Comme le démontrent si bien les travaux de la Commission Charbonneau, sans transparence nous ne pouvons pas espérer réduire la corruption de façon permanente, souligne Jonathan Brun, cofondateur de Montréal Ouvert. Nous lançons donc ce projet pour inciter les candidats à l’élection municipale à s’engager en faveur de la transparence et à libérer plus de données en format ouvert. Avec un taux de participation de seulement 39% aux dernières élections municipales montréalaises, les citoyens doivent se mobiliser s’ils veulent améliorer leur ville. »

« Ce sont les citoyens qui paient le coût des fraudes, par une réduction des services publics et par une augmentation des impôts, souligne Jean Fortier, ancien président du comité exécutif de la ville de Montréal. La corruption provoque également l’érosion de la confiance du public envers nos institutions démocratiques et nos élus. »

Montréal Ouvert fait partie de l’initiative non partisane Québec Ouvert avec ses partenaires Gatineau Ouverte et Capitale Ouverte. Tous visent à encourager les villes québécoises à publier leurs données en format ouvert et numérique.

– 2 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :

info@montrealouvert.net

Montréal Ouvert

Screen_Shot_2013_05_31_at_5.57.26_PM

ÉLECTIONS MUNICIPALES : QUÉBEC OUVERT APPELLE LES CANDIDATS À S’ENGAGER POUR LA TRANSPARENCE

Nous vous invitons, citoyens et candidats aux élections municipales, à s’inscrire au projet Je vote pour la transparence à JVT2013.com.

Dans le cadre du projet Je vote pour la transparence, les candidats à l’élection municipale seront invités à remplir un questionnaire en ligne pour mesurer leur engagement envers la transparence. Le 3 novembre 2013, plus de 1 100 municipalités du Québec seront en élection afin de pourvoir à plus de 8 000 postes de maire et de conseiller et les Québecois pourront envoyer un message clair contre la corruption.

Sept jours avant les élections, les citoyens abonnés recevront par courriel et message texte les notes obtenues par les différents candidats dans leurs villes et arrondissements. Les évaluations seront également publiées en ligne au jvt2013.com. Le jour de l’élection, les abonnés recevront un rappel pour les encourager à se rendre aux urnes.

«Comme le démontrent si bien les travaux de la Commission Charbonneau, les deniers publics font trop souvent l’objet de fraude et d’abus, souligne Jonathan Brun, cofondateur de Québec Ouvert. Nous lançons donc ce projet pour inciter les candidats à l’élection municipale à s’engager en faveur de la transparence. Avec un taux de participation de seulement 39% aux dernières élections municipales montréalaises, les citoyens doivent se mobiliser s’ils veulent améliorer leur ville.»

«Ce sont les citoyens qui paient le coût des fraudes, par une réduction des services publics et par une augmentation des impôts, souligne Jean Fortier, ancien président du comité exécutif de la ville de Montréal. La corruption provoque également l’érosion de la confiance du public envers nos institutions démocratiques et nos élus.»

Québec Ouvert et ses partenaires Montréal Ouvert, Gatineau Ouverte et Capitale Ouverte sont des initiatives qui visent à encourager les villes québécoises à publier leurs données en format ouvert et numérique.

Ceci est une entrevue avec le créateur de Transit App, Sam Vermette.

Screen Shot 2013-03-16 at 4.28.25 PM

Qu’est que l’application “Transit”, et combien de réseaux de transport couvre-t-elle?

Transit est une application iPhone visant à faciliter l’accès au transport en commun à Montréal et dans 36 autres villes en Amérique du Nord. Ce qui démarque Transit par rapport à ses concurrents, c’est qu’elle nécessite très peu d’interaction afin d’obtenir l’information recherchée. En utilisant la géo-localisation de l’appareil et en affichant l’information de manière simple et visuelle, l’usager a un accès instantané aux horaires de lignes à proximité.
Transit possède également un planificateur de trajet, qui permet de connaître le moyen le plus rapide de voyager du point A ou point B. Étant donné que Transit fonctionne avec plus de 100 sociétés de transport en Amérique du Nord, celui-ci est multimodale et comprend tous les moyens de transport public disponibles. À Montréal par exemple, le planificateur de trajet intègre les bus et le métro de la STM, mais également les trains de banlieue de l’AMT, les sociétés de transport de Laval et Longueuil, ainsi que toutes celles des couronnes nord et sud de l’ile.

Comment est-ce que cette application tire parti des données ouvertes?


Transit est propulsé par les données ouvertes de 102 sociétés de transport, publiées dans le format GTFS (Google Transit Feed Specification, mis sur pied par Google en 2005 afin de faciliter l’échange de données liées au transport en commun: lignes, arrêts, trajets, horaires, etc). Les données sont normalisées (doublons, formatage des noms d’arrêts et trajets) et ensuite importées sur un serveur auquel l’application vient se connecter. Cette infrastructure évite que l’application requiert le téléchargement de données lors de la première utilisation, comme c’est souvent le cas avec les applications de transport en commun.

Transit utilise également les données en temps réel de plus de 40 sociétés de transport, permettant une précision accrue des horaires et de l’emplacement des véhicules. Au Canada, ces données sont disponibles dans la plupart des grandes villes: Toronto, Vancouver, Ottawa, Winnipeg. Malheureusement, au Québec, pour l’instant seul la Société de transport de Laval offre du temps réel aux développeurs. La STM et la RTC ont cependant récemment annoncés que de telles données seraient disponible d’ici quelques années.

Quels sont les principaux défis dans la création d’une entreprise basée sur les données ouvertes?

Le plus grand défie est sans aucun doute de devoir travailler avec les institutions bureaucratiques majeures que sont la plupart des sociétés de transport. Plusieurs d’entre elles saisissent encore mal les enjeux des données ouvertes, et il semble s’agir pour eux d’un simple exercice de relations publiques sans réelle intention d’améliorer l’accessibilité de leur service par le développement d’applications tierces.

Étant donnée que les horaires de transport en commun tendent à changer régulièrement (habituellement 3 ou 4 fois par année), il est fréquent de devoir contacter les société de transport afin qu’elle mettent disponible de nouvelles données à jour. Dans certains cas, on peut attendre jusqu’à un mois ou 2 avant que cela se produise. Pendant ce temps, ce sont les usagers qui subissent les conséquences d’horaires et trajets potentiellement erronés. Et très souvent, celui-ci saisi mal qu’une application de transport en commun n’est pas développé par la dite société de transport, mais utilise simplement les données ouvertes par celle-ci. Dans la plupart des cas, la faute retombe donc sur le développeur qui induit l’usager en erreur à travers son application plutôt que la société de transport qui omet de mettre à jour ses données.

Comment est-ce que les réseaux de transport peuvent encourager la création d’applications?


Plusieurs sociétés de transport doivent tout d’abord mieux saisir l’importance que jouent les applications tierces dans l’accessibilité de leur service. Les plus conservatrices y voient encore une canibalisation de revenues potentiels. Dans les faits, c’est plutôt l’inverse qui se produit. Si le transport en commun devient plus populaire année après année, c’est entre autres grâce au large éventail d’applications aujourd’hui disponible, qui améliorent l’accessibilité du transport en commun en tant que tel. Encore mieux, ces applications ne coutent absolument rien aux sociétés de transport, si ce n’est que l’ouverture et le maintien des données ouvertes.

Dans cette perspective, le rôle principal de la société de transport devrait être de fournir des données de qualité aux développeurs, afin que ceux-ci puissent développer de bonnes applications communicant des informations justes et à jour. La société de transport doit également ouvrir un canal de communication avec la communauté de développeurs, afin d’être à l’écoute de celle-ci, qui est la mieux placée pour donner du feedback pour l’amélioration de la qualité de ses données.
Des concours et hackathons peuvent également être organisés afin d’inciter et accélérer le développement d’applications utilisant ces données. À un niveau plus avancé, il est également dans l’intérêt d’une société de transport de rendre disponible une charte graphique (couleurs et symboles utilisés pour l’identification de lignes, par exemple) afin d’aider le développeur à concevoir une interface intuitive et consistante avec la signalétique extérieure du réseau.

Est-ce que vous savez si cette application a encouragé des personnes qui n’utilisent pas d’habitude le réseau de transport public à l’utiliser?

Nous recevons régulièrement des commentaires d’usagers ayant reçu leur baptême du transport en commun avec Transit. D’autres évoquent leur appréhension face à la complexité des réseaux de transport en commun, qui s’avère grandement réduite grâce à Transit. Tel que mentionné plus tôt, il va sans dire que les applications mobiles et les données ouvertes en général améliore l’accessibilité d’un service. Dans le cas de Transit, je crois que nous avons réussi à créer une interface simple et attrayante, réduisant au maximum la friction entre l’utilisateur et le transport en commun lui-même.

Puisqu’elle fonctionne dans plusieurs villes, cela permet également un apprivoisement rapide du transport en commun à l’étranger. Plutôt que d’avoir à rechercher, télécharger et apprendre à utiliser une nouvelle application en voyage, Transit permet la même utilisation dans toutes les villes supportées. L’utilisation des couleurs et symboles graphiques, servant de repères avec le monde réel, contribue à la facilité d’apprivoiser l’application.

Avez-vous d’autres commentaires sur les données ouvertes et le monde des applications de transport?

En banlieue comme en ville, le citoyen devrait voir le transport en commun comme une manière intelligente et responsable de voyager. Pour se faire, celui-ci se doit d’être rapide et fiable mais également facilement accessible.

À travers l’ouverture de ses données, une société de transport délègue une partie majeure de la problématique de l’accessibilité du service aux développeurs d’applications. Elle devrait y avoir là une opportunité pour elle de concentrer ses énergies sur l’amélioration de son service en tant que tel (fréquence de passages, rénovation des véhicules, accessibilité aux personnes à mobilité réduire), ce qui répond par le fait même à l’augmentation d’achalandage amenée par les données ouvertes.

Il est grand temps pour toutes les institutions de saisir que l’ouverture des données va au delà du buzz médiatique et de l’intérêt d’une poignée de bidouilleurs; celle-ci amène le développement de nouveaux outils qui améliorent réellement le quotidien de millions de citoyens.

À sa séance du 28 février 2013, le Conseil d’agglomération de Montréal a pris connaissance du Bilan sur l’ouverture des données de la Ville de Montréal et a adopté les recommandations, soit :